Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Voici maintenant presque 5 ans que j'utilise mon gros poêle à bois comme chauffage principal. Ce poêle que j'ai choisi pour sa double combustion, sa masse imposante et que j'ai amélioré en m'inspirant du principe des poêles de masse finlandais, me donne beaucoup de satisfaction et de confort...

 

Mon poêle à bois

 

Mais c'est quoi un poêle de masse ?

Ce principe était déjà utilisé à l’époque romaine sous la forme d’hypocauste (dalle de sol chauffée par un grand foyer), il évoluera grâce aux Russes, Autrichiens, Suédois, Finlandais qui fabriquèrent des poêles de ce genre pendant plusieurs siècles, et plus récemment en France, les Alsaciens qui utilisent un poêle en faïence… Ces pays avaient la même recherche : chauffer mieux en consommant beaucoup moins de bois (qui venait à manquer vers le XVIIIe siècle). À l'inverse des Russes, des Autrichiens ou des Suédois, les Finlandais n'ont jamais cessé d'utiliser le chauffage par poêle de masse même quand le pétrole était encore bon marché. Cette utilisation ininterrompue a engendré beaucoup d'expériences et de créations. Depuis les années 1980, plusieurs modèles sont développés en Finlande sous l'égide du Finlandais Heikki Hyytiainen, ainsi qu'au Danemark (avec des tests de l'institut technologique du Danemark, administration équivalent du CSTB et au Canada où des organisations de constructeurs réalisent souvent des tests afin de faire évoluer l'efficacité du système.

En raison de ses nombreux avantages: le confort de sa chaleur par rayonnement, les économies importantes de combustibles et poussé depuis quelques années par l'écologie suite au réchauffement de la planète, ce système de chauffage se répand même sous nos latitudes au climat plus clément.

Le poêle à inertie appelé poêle de masse dégage une chaleur douce et confortable. Sa forte masse (parfois plus de 2 tonnes) permet d’emmagasiner la chaleur en quelques heures (plus de 900 °C dans le foyer) puis de la restituer lentement durant de nombreuses heures par rayonnement.

Les poêles de masse utilisent la double combustion (post combustion), et sont capable d’atteindre des rendements dépassant les 95%. La post combustion s’obtient en menant le foyer principal à de hautes températures (600°C) de manière à maximiser la gazéification du bois. Les gaz non brûlés produits par la première combustion s’engagent dans une chambre secondaire avec un apport d’air neuf (air secondaire) provoquant la combustion complète des ces derniers à des températures de l’ordre de 1000°c. La combustion est donc complète et propre, comparée à celle des autres modes de chauffage au bois, les émanations de gaz sont réduites au minimum donc moins de pollution et, il y a peu de cendres.

Son gros avantage par rapport aux autres chauffages au bois : il ne faut qu'une seule chauffe dans la journée et grâce à sa capacité d'accumulation des calorie, lorsque le foyer est éteint il relâche pendant des heures une douce chaleur agréable, lui permettant ainsi d’être un chauffage économique très efficace et simple d’utilisation.

Pour 24 heures de chauffage, il suffit de 4 à 20 kg de bois 1 fois par jour (suivant la puissance, le volume de votre poêle).

 

Principes et caractéristiques d'un poêle de masse (source photo Tulikivi)

Plan poêle de masse
Le principe d’un poêle de masse est de profiter au maximum de l’énergie du feu en accumulant la chaleur générée dans les matériaux réfractaires (terre, briques, faïence,…) qui le composent. Pour cela, la fumée doit circuler dans le poêle afin de lui transmettre sa chaleur. Les gaz brûlants sont dirigés dans des canaux de récupération qui sont situés le long du poêle et avec des chicanes, afin de récupérer le maximum de calories de la fumée. La fumée sortant d’un poêle de masse est généralement à une température voisine de 200°c, température suffisante pour obtenir un bon tirage. Chauffées par le feu et la fumée qui en découle, les parois du poêle restitueront la chaleur accumulée pendant des heures après la flambée.

 

Les différentes familles de poêles de masse.

Il existe plusieurs familles de poêles de masse, le circuit des fumées détermine cette famille. Source Wikipédia

 

  1. Le finlandais : Composé d'un foyer principal, d'un goulet d'étranglement donnant sur une seconde chambre de combustion/détente, les gaz sont d'abord mis sous pression et butant sur la dalle de fermeture du haut, ils sont forcés de redescendre dans les canaux de fumée jusqu'en bas du poêle. Ce faisant, les gaz perdent petit à petit leur chaleur qui est transmise aux murs latéraux. Cette circulation « anormale » des gaz vers le bas a donné le nom de poêle de masse à contre courant (contraflow). La particularité de ces poêles est leur connexion au conduit de cheminée au point le plus bas et le moins chaud du poêle. Un avantage pour la pérennité de la connexion.
  2. Le suédois : Composé de plusieurs chicanes verticales forçant les gaz à descendre et à monter, a inspiré les finlandais. Cela dit, le dessin suédois n'a jamais été aussi abouti que le schéma finlandais. Une des raisons étant que les Suédois ont abandonné le chauffage au bois quand le pétrole était bon marché.
  3. Le russe/l'autrichien : Généralement assez massif; les chicanes sont plutôt horizontales. Ce dessin permet des bancs chauffants de grande longueur sur lesquels les gens dormaient.
  4. Les Stenovne danois : issues d'une longue tradition danoise, abandonnés un temps, ils sont revenus grâce à la médiatisation des poêles finlandais dans les années 1980 ; la grande différence réside dans le fait qu'ils sont maçonnés avec une simple peau externe, cela leur confère une plus grande rapidité de mise en chauffe, tout en gardant des courbes de températures permettant une variation de + - 1 °C dans la maison sur un cycle de 24 heures avec une flambée ; ils sont le fruit des recherches de Lars Helbro depuis 1989. de plus cette technique de simple peau, associée à différents modèles de foyer leur permet de faire des poêles beaucoup moins volumineux, et aussi de faire varier les formes des poêles pour mieux les adapter à la maison, ainsi qu'aux goûts des habitants...

 

Exemples de poêles de masse.

Poêle de masse alsacien

Le poêle de masse traditionnel alsacien, voir site fabriquant alsacien Vincent Pirard.

Un sol robuste est nécessaire pour accueillir le poids de ces poêles qui sont construits avec un volume imposant pour contenir les véritables labyrinthes pour la fumée, qui sont situés sur les pourtours du foyer. Ce type de poêle permet à la fois de chauffer la maison mais aussi de proposer des espaces chaleureux en formant des banquettes chauffantes, comme le modèle présenté sur la photo. Il pèse de 2 à 4 tonnes.

Poêle de masse finlandais

Le poêle de masse finlandais,  voir site fabriquant finlandais Tulikivi.

Les poêles de masse finlandais ont la particularité d'être réalisés en stéatite, une pierre volcanique dont la capacité d'accumulation et la durée de restitution de chaleur sont intéressantes. La stéatite est une pierre de taille originaire de Finlande, qui possède des caractéristiques uniques, dont une résistance au feu, une capacité d’accumulation thermique ainsi qu’une vitesse de conduction thermique inégalées. La plupart de ces poêles pèsent entre 1 et 2 tonnes.

 

Ma solution.

Chez moi, je ne pouvais pas installer ce genre de matériel, manque de place et fondations non prévues, alors j'ai optimisé le rendement de mon gros poêle à bois, en rajoutant des pierres volcaniques sur le pourtour dans la double paroi, en bâtissant un mur à inertie thermique de 2 m x 2,40 m derrière celui-ci . Pour lire mon retour d'expérience sur l'amélioration du poêle à bois que j'ai installé chez moi, cliquez sur le lien ci-dessous !

 

Crédits photos: Frédéric wetzel, Tulikivi, Poêle de masse.pro

 

Aller au haut